Banniere

Le Body-Karaté

Le Body-Karaté, doux pour nous !

(Source: Femme Actuelle)
Cette nouvelle activité fitness, qui se pratique en musique, agit sur le corps et l’esprit. Idéal pour éliminer les tensions.

 

IL DOPE NOTRE VITALITE

En réveillant notre corps  Si body signifie « corps » en anglais, il évoque aussi le mot « éveil » en sanskrit (bodhi). Le body-karaté se pratique en groupe sur de la musique rythmée comme dans un cours de fitness. Mais on travaille toujours « en conscience » : on apprend à se contrôler, à retenir ses coups pour protéger ses articulations et à bien se placer pour garder l’équilibre.
En développant notre endurance  On enchaîne coups de pied, coups de poing, balayages et esquives. Le tempo varie : dynamique pour se défouler, plus doux pour travailler en statique. C’est l’activité parfaite pour renforcer le système cardio-vasculaire.
En nous sculptant une belle silhouette  Le cours se divise en plusieurs étapes : échauffement, enchainement technique, renforcement musculaire ciblé, avec abdos-fessiers, pompes…

 

IL NOUS OFFRE LA SERENITE

En nous rassurant  Inutile de s’y connaitre en karaté pour débuter. Au body-karaté, pas de kimono, on enfile juste un pantalon souple et un petit haut. On pratique en salle, avec des chaussures de type fitness. Le professeur n’utilise pas de vocabulaire compliqué mais des expressions du type « coup de pied droit » (au lieu de « mai-geri » en karaté !).
En évacuant le stress  On se focalise sur sa gestuelle et non sur celle de son voisin. Du coup, on ne se compare pas et on peut se laisser porter par la musique. Comme on s’investit à 100% dans le cours, on libère toutes ses émotions par l’action. Certains poussent même des cris en frappant leur adversaire imaginaire. Et c’est vraiment libératoire !
En nous redonnant confiance  En quelques séances, on acquiert une meilleure coordination et beaucoup plus d’agilité. Ainsi, plus à l’aise dans son corps, on commence à mémoriser l’enchainement et à soigner les détails de la gestuelle. Comme chacun évolue à son rythme, on oublie ses complexes. On se rend compte que pour la patiente et la détermination (deux qualités essentielles au karatéka), on réalise de beaux progrès. Résultat : ça dope l’ego et on se sent fière de soi !